La charte de l'éclairage durable pour la biodiversité la qualité du ciel la transition énergétique la santé humaine

La charte de l'éclairage durable

Pourquoi lutter contre la pollution lumineuse ?

L’augmentation des activités humaines durant la nuit à la Réunion a causé un fort accroissement, en nombre et en intensité, de l’éclairage artificiel nocturne. La pollution lumineuse sur l’île a ainsi triplé au cours des trente dernières années, occasionnant de nombreux impacts sur la biodiversité, la qualité du ciel et la santé humaine.

Les Pétrels et Puffins

4 espèces de la famille des pétrels nichent à la Réunion, dont deux sont endémiques et en danger d'extinction. Pour rejoindre l'océan, les jeunes s'envolent à la nuit tombée et suivent le reflet de la lune sur la surface de l'eau. En survolant les zones urbaines, ils sont ainsi désorientés par les éclairages et peuvent s'échouer au sol, d'où ils sont incapables de reprendre leur envol et ne peuvent donc survivre sans action de sauvetage. Chaque année, entre 2500 et 3500 Pétrels et Puffins sont trouvés échoués à la Réunion.

Les Tortues marines

L’éclairage inadapté du littoral perturbe la reproduction des tortues marines. Les femelles recherchent en effet des plages calmes et sombres pour pondre leurs œufs. Pour rejoindre l’océan les nouveaux-nés se dirigent vers le reflet de la lumière de la lune et des étoiles sur la surface de l’eau. La lumière artificielle désoriente ainsi les jeunes tortues et peut les empêcher de rejoindre l'océan.

Les chauves-souris

Les chauves-souris insectivores qui ne tolèrent pas la lumière (lucifuges) voient leur ressource alimentaire réduite à cause des éclairages. En effet, les insectes attirés par les lumières s’agrègent dans les zones éclairées, ce qui diminue leur densité dans les zones naturelles, restées sombres. Les éclairages contribuent également à la fragmentation des habitats : les chauves-souris n’ont plus accès à certaines zones (terrain de chasse ou gîtes) car elles ne traversent pas les zones éclairées ou doivent dépenser beaucoup d’énergie pour contourner ces obstacles.

L’excès de lumière artificielle est également néfaste pour l’Homme, la nuit naturelle étant essentielle au maintien de notre propre rythme biologique. Les conséquences d’une exposition excessive aux éclairages sont nombreuses : troubles du sommeil et de la concentration, agressivité, myopie, stress,..

À la Réunion, l’éclairage public représente un enjeu énergétique majeur pour les collectivités puisqu’il pèse en moyenne 20 à 50% de leur facture.
Les technologies d’éclairage actuelles permettent une diffusion lumineuse mieux orientée, pilotable à distance et surtout plus économe en énergie. En adaptant les éclairages publics et privés, des économies de 25 à 50% sur la facture énergétique globale pourraient ainsi être réalisées.

Les éclairages artificiels sont une véritable gêne pour l’observation du ciel nocturne, la diffusion lumineuse dans l’atmosphère masquant la visibilité des étoiles. A la Réunion, il est ainsi quasiment impossible aujourd’hui d’observer les étoiles sur les 21 premiers degrés au-dessus de l’horizon.

Critères techniques

La Charte « Nature&Nuit » propose aux porteurs de projets d’éclairage extérieur de s’inscrire dans une démarche d’éclairage raisonné pour limiter la pollution lumineuse grâce à 4 critères techniques :

Température de couleur inférieure à 2200 Kelvin

Limitation de la lumière blanche, nuisible pour l’environnement
nocturne, la qualité du ciel étoilé et la santé.

Amélioration de la distribution du flux lumineux

Un ULOR de 0% est requis pour le luminaire et son installation, afin de garantir l’absence d’émission de lumière au-dessus de l’horizontale.

Niveau d’éclairement au minimum des normes

Pour réduire le sur-éclairage et la quantité de lumière réfléchie par les sols.

Gestion de la puissance et extinctions

Variations de puissance : temporisation de l’éclairage aux heures de plus fort impact sur la biodiversité (20h-22h), et aux heures de faible fréquentation.

Télégestion permettant des extinctions en périodes sensibles et/ou allumage par détection de mouvement.

Engagez-vous contre la pollution lumineuse !

Vous avez un projet d'éclairage éligible à la charte et souhaitez valoriser votre engagement ?
Vous avez des questions ou souhaitez être accompagné pour rendre votre projet éligible ?

Les partenaires

Organismes animateurs de la charte, analysant et accompagnant les projets.

La Société d’Études Ornithologiques de la Réunion

La SEOR est une association loi 1901 dédiée à l’étude et à la conservation des oiseaux et de leurs habitats à la Réunion. Depuis sa création en 1997, elle coordonne le sauvetage des Pétrels et Puffins échoués à cause de la pollution lumineuse, ce qui représente plus de 42000 oiseaux à ce jour.

EDF – Électricité de France

EDF à La Réunion assure le service public de l’électricité et est impliqué activement à réduire son impact sur l’environnement en prenant en compte les spécificités du territoire. EDF soutient de nombreux projets à La Réunion qui visent à maîtriser la consommation d’électricité, produire de manière durable et s’adapter aux nouveaux usages de l’électricité. A ce titre EDF accompagne la charte en mettant à disposition son expertise sur les solutions d’éclairages économes en énergie et respectueux de la biodiversité et apporte un soutien financier aux projets de rénovation de l’éclairage public sur l’ensemble du territoire.

Kélonia

Kélonia, l’observatoire des tortues marines de La Réunion est un établissement du Conseil Régional de La Réunion, géré par la SPL Réunion des Musées Régionaux (RMR). Ses missions sont : la gestion d’un centre de soins pour tortues marines, la sensibilisation à la conservation du patrimoine naturel et culturel associé aux tortues marines, et le développement de programmes d’étude et de conservation des tortues marines et de leurs habitats. L’urbanisation et l’éclairage artificiel des plages est une des causes majeures de la limitation de la reproduction des tortues à La Réunion.

Le Groupe Chiroptères Océan Indien (GCOI)

Le GCOI est une association loi 1901 qui s’est donné pour missions de développer des programmes d’étude et de conservation des chauves-souris et de leurs habitats sur les petits territoires insulaires de l’Océan Indien occidental, de diffuser les connaissances et de sensibiliser le public sur ces espèces.

Le Centre d’Etude et de Découverte des Tortues Marines (CEDTM)

Le CEDTM est une association loi 1901 créée en 1997, dont la vocation vise à développer, aux échelles locales et régionales, des programmes de recherche et de conservation des tortues marines et de leurs habitats ; de sensibilisation et de conservation du patrimoine naturel et culturel associé aux tortues marines.

Le Parc National de La Réunion

Créé en 2007, le Parc National de La Réunion est un espace d’exception reconnu au niveau international pour la beauté de ses paysages et la richesse de sa biodiversité. Son cœur, couvre 42% de la surface de l’île. L’établissement public du Parc National a pour missions de connaître, faire connaître et protéger ce patrimoine unique et d’accompagner le développement durable des Hauts.

Soyons tous acteurs pour lutter contre la pollution lumineuse !